AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ☆ théodore-a. de hastings

Aller en bas 
AuteurMessage
Clarence
thank u, next
thank u, next
avatar

Masculin Messages : 194
Date d'inscription : 16/03/2013
Age : 17

MessageSujet: ☆ théodore-a. de hastings   Mer 7 Nov - 14:53

ça vient aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-greatthief.forumactif.org
Clarence
thank u, next
thank u, next
avatar

Masculin Messages : 194
Date d'inscription : 16/03/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: ☆ théodore-a. de hastings   Mer 7 Nov - 15:18








Théo, de son nom complet Théodore-Ambrose De Hastings, est un adolescent de 15 ans, né le douze février sur Sanctuary of Heart et il s'agit d'un sang-mêlé mage & démon. Il faut aussi savoir qu'il est célibataire et en questionnement. Son affilié s'appelle Tweek, c'est un cochon d'Inde. Il ressemble à Craig Tucker de South Park, et son IRL est Dylan Sprayberry. Sinon, il est actuellement étudiant.

Pour ce qui est de ses pouvoirs, il possède l'empatie, la digitalisation,un couteau suisse magique et peut voler grâce à ses ailes.










blabla
















blabla


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-greatthief.forumactif.org
Clarence
thank u, next
thank u, next
avatar

Masculin Messages : 194
Date d'inscription : 16/03/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: ☆ théodore-a. de hastings   Mer 7 Nov - 15:23



now i just sit in silence
théo & prénom


La tête baissée et les pensées vagabondes, tu laisses Elliot mettre ta main dans la sienne sans rien dire. T’es pas là, tu vis la scène à travers une vitre, un miroir, ou simplement à travers tes souvenirs. T’étais pas encore bien revenu au moment présent; majoritairement si mais tu ne t’en rendais pas tellement compte. Le contact avec le fils d’Hermès t’empêchait de ressombrer dans le tourbillon de ta mémoire qui t’accable, il était comme un ancre, un pilier dans ta faible réalité. « Eh, eh, regardes moi. » A l’aide sa seconde main, ton chef remonte vers le sien, et tu fixes d’un regard fuyant le mur derrière lui. T’oses pas le regarder, t’as trop honte, t’as trop peur, et t’as un mélange de tout qui t’empêche d’avoir cette force pourtant si commune et simple qu’est affronter l’iris de son interlocuteur. « T’es pas mort et tu vas pas mourir bientôt. Tu vis et tu dois continuer, parce que j’ai testé et j’t’assure que c’est pas tip top. Et tu veux savoir? J’regrette. Pas d’être mort, parce que c’que je suis me convient parfaitement. Mais d’avoir voulu, d’l’avoir fais. » Ses mots te percent et te transpercent comme de multiples lames aiguisées. Elles ne te font pas mal, mais elles te réveillent, t’éveillent, ramène ton esprit dans ce corps qui ne semble même plus être le tien. Tes lèvres s’étirent en un semblant de sourire lorsque ses doigts viennent balayer les larmes qui parlaient sous tes yeux.

« Y a rien d’humiliant à être brisé, on a tous une part de nous fragile. Ça montre qu’on a un coeur, qu’on est vivant. Tout ce qu’il faut c’est se relever. Ils t’ont p’têt cassé, mais tu peux toujours te relever. » T’hoches la tête, mué dans le silence. T’es pas habitué à ce qu’on te dise ça. T’as cette vieille impression de chaleur au fond de ton estomac - est-ce ça la joie, le bonheur, la reconnaissance? Tu savais pas ce que c’était, mais bon sang que ça faisait du bien, bon sang que c’était une incroyable impression, une fantastique sensation, une étonnante réalité qui vient renforcer la tienne. « J’m’avance p’têt un peu, alors explique moi. Si tu penses en être capable, raconte moi. Y a personne qui t’jugeras ok? » Une nouvelle fois ta tête effectue un mouvement vertical. Personne te jugeras Shawn, personne. T’en pleurerais de bonheur si t’avais pas déjà versé toutes tes larmes en tristesse. « Je.. Je veux bien essayer. » Tu promettais rien, c’était encore assez nouveau pour toi l’attention que ton benjamin de quelques années te portait, c’est un truc que t’avais jamais eu ça. « Je suis pas sûr de pouvoir me relever, tu sais. Après tout, ça fait quatre ans que je suis à terre. Sept, si on compte les années où j’étais à genoux. » On a vu plus joyeux comme métaphore, mais elles n’étaient pas approprié à la situation bien malheureusement.


Que t’aurais aimé juste t’asseoir là avec Elliot pour autre chose que ça, t’aurais aimé juste discuter de choses inutiles, de choses sans importance et sans aucun sens, en riant et souriant, en parlant fort et en se prenant pas la tête; mais ça semblait être une autre vie, qui n’est pas la tienne - peut-être n’est-il pas trop tard? « Au contraire, c’est la chose la plus humiliante que j’ai jamais eu à me trimbaler au quotidien. C’est collé sur ma peau, sur mes vêtements, c’est collé dans ma tête. Partout, je peux pas m’en débarrasser - être brisé je veux dire. » Tu te haïssais à t’entendre parler. Tu te trouvais trop pitoyable, trop plaintif, trop mal dans ta peau, tu te détestais. C’était pas un truc que tu cherchais, la pitié et la condescendance, pourtant c’est tout ce que t’arrivais à obtenir des autres - la plupart du temps. « C’est difficile de se relever, trop difficile, j’y arrives pas, j’y arrivais jamais. » Tes paroles sonnent fatales, sonnent finales, t’as l’air dépité alors qu’au fond tu ne t’en préoccupes plut tant que ça de te relever; peut-être est-ce là la source même du problème? Tu sais plus quoi dire, tu sais pas quoi ajouter, tu réponds juste à ce qu’il t’a dit bêtement parce que t’as pas assez de force pour raconter ton histoire. T’as du liquide néfaste mélangé à ton sang et tu peines encore à faire des raisonnements ordonnés alors laissons tomber un récit. Il y a encore quelque minutes t’étais ce mec fou au comptoir d’un bar, et maintenant t’es le mec neutre assis devant les toilettes du dit bar.

« Alors, t’es déjà mort? Comment c’est…? Est-ce que ça fait mal? » Tu te sentais con à poser toutes ces questions. Elles te semblaient à moitié appropriées, voir pas du tout, tu les avaient sorties spontanément, sans réfléchir, les alignant comme tu le pouvais. « Je suis désolé, ça dois pas être agréable de répondre à ces questions, le fait pas si tu veux pas. » Tu te rattrapes comme tu peux, tu patauges. Tu sais plus quoi dire, t’oses pas commencer à lui parler de toi, t’aimes pas ça, tu le fais jamais, tu l’as jamais fait même. Mais sa présence te rassure, sa main dans la tienne te met en confiance et voilà bien longtemps que tu n’avais plus fait confiance à une personne. Alors tu enlèves ta main de la sienne, t’utilises les tiennes pour remonter ton pantalon côté jambe droite jusqu’au genoux, et là tu pointes différentes marques; des bleus, qui sont toujours là, à jamais marqués. « C’est eux. Ils. Ils ont fait ça. » Tu redescends le vêtement jusqu’à ta cheville comme il est normalement et détourne le regard de nouveau. T’as honte de ces restes de marques violacées. T’as honte d’eux, t’as honte d’ils, alors que tu n’es pas fautif. Tu te sens affreux, alors tu fixes tes iris dans ceux d’Elliot, tu retiens tes larmes qui remontent; « Ils étaient trois garçons. » Et tu soupires.
code// warriors, icon// kuru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-greatthief.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ☆ théodore-a. de hastings   

Revenir en haut Aller en bas
 
☆ théodore-a. de hastings
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» José Théodore
» Elena Evgenia Hastings. {OK}
» Emily Hastings ~Les Secrets tournent souvent aux Mensonges~
» LE RETOUR DE LA CHASSE / Théodore LAVIGNE
» Berhthramm - normand du XIth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GALERIES. :: clarence. :: personnages.-
Sauter vers: